L'univers de Raoul Gagliolo

Coucourdes et calebasses sont au coeur des créations de Raoul Gagliolo depuis sa rencontre, en 1985, avec une gourde pyrogravée datant du XIXeme siècle.

Deux passions animent cet artiste niçois installé en Franche Comté depuis plus de 20 ans :
Le spectacle vivant et les arts plastiques.
Ces deux activités lui permettent de mettre en oeuvre ce matérau original : un végétal de la famille des cucurbitacées (courge, potirons ...) qui durcit comme du bois après quelques mois de séchage. La cougourde niçoise et la calebasse africaine sont aussi pyrogravées, découpées, brulées, brisées, recousues, mises en scène, agrémentées de cordes ou de peaux, immergées, caressées, frappées ou simplement regardées.

Elles sont sculptures ou instruments de musique, installées en place publique ou exposées dans un musée, à voir ou à écouter.

Ces pièces sont à découvrir, de même que la collection de calebasses du monde entier : plus de 300pièces réunies en 25 ans grâce aux rencontres et aux voyages.

 

La coucourde ? Qu'est ce que c'est ?

La coucourde

Ce mot est utilisé pour une courge en général et encore trop souvent une courge pélerine (lagénaria sicéraria) ou Courge-Gourde que l'on doit donc nommer Cougourde.
Dans le comté Niçois, on parle aussi de Cougourdons (le festin des cougourdons) : petites cougourdes.
Traiter quelqu'un de Cougourde, c'est lui signifier qu'il à la tête creuse comme une gourde, celle-ci ayant été bien sûr fabriquée avec le végétal en question dont on aura oté les graines et la chair déshydratée.

Dans le mot coucourde, on retrouve les deux 'c' présents dans le mot cucurbitacées qui désigne une famille très vaste de végétaux qui va du cornichon à la pastèque en passant par le potiron ou le melon ...

Et voila, vous savez tout sur la coucourde !